Partagez | 
 

 Le Destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar



Féminin
Date d'inscription : 28/03/2015
Messages : 9
Xp Dispo : 0
Points de Vie : 100

MessageSujet: Le Destin    Lun 30 Mar - 17:49


Ce monde est faux.

La réalité est dehors. La vie est hors de ces murs artificiels. Nous sommes des avatars générés par un système informatique. La mort est irréelle, mais pourtant bien réelle.

Des propos que je comprends parfaitement, mais que je ne peux comprendre.

J’ai conscience de ce qu’est un ordinateur. Il s’agit d’un engin qui peut se connecter à un réseau informatique contenant des milliards et des milliards de donnés. Ce réseau permet la communication à distance à l’échelle planétaire. Ce même outil est très utile pour les diverses tâches de la vie quotidienne. Pas uniquement les ordinateurs : je sais ce qu’est un téléphone portable ou encore une voiture… Cependant, je n’arrive pas à visualiser la chose en question. L’image est absente de ma mémoire. Si seulement ça ne serait que ça : je n’arrive pas à visualiser mentalement le « monde réel » de l’extérieur. À vrai dire, je n’ai aucun souvenir de ce monde dont les autres individus qui se prénomment « joueurs » parlent. Cette appellation m’est inconnue. Pour moi, tout a débuté ici, à Manchukuo. Cette ville respirant la culture asiatique m’apaise l’esprit, m’empêchant de sombrer dans la folie en faisant face à l’inconnu.

C’est pour cette raison que je dis que je ne comprends pas. Je n’ai guère souvenir d’un monde parallèle. Ce monde, que les autres décrivent comme un « jeu informatique », n’est rien d’autre que ma propre véritable réalité. Le témoignage d’une fille dans la rue, expliquant qu’elle se sent « vide », sans chair ni os, m’a laissée perplexe. Lorsque je regarde mon corps, je ne ressens… rien, comme cette fille. Mais la différence, c’est que je n’ai pas conscience d’un autre état d’homéostasie que celui-ci. Pour moi, c’est un état naturel.

Si ce ne serait que ça. Toutefois, je suis la plus infortunée ici. Je suis en pleine crise existentielle, au sens le plus brut qui existe. Qui suis-je ? Quel est mon nom ? Quel âge ais-je ? D’où viens-je ? Quel est mon but ? Pourquoi suis-je ici ? Dans l’ordre, je peux répondre dans une certaine mesure ces questions, mais non à un niveau de satisfaction. Je ne sais qui je suis. Mon nom – ou du moins, mon pseudonyme comme l’appelle les autres – est Saber selon la fenêtre de « points de vie » dans le coin supérieur droit de mon champ de vision, soit mon énergie vitale. Je dois être une adolescente au vu de mon physique – est-ce ma véritable apparence ou bien un avatar généré au hasard ? Puisque j’ignore tout de ma situation et de ce monde, je n’ai pas de but et je ne peux point répondre dans ce cas à la dernière interrogation.

Quelle est la situation économique et politique de ce monde ? Avec un peu de recherche et de parlotte avec les locaux, cette question serait répondue en deux minutes. Cependant, je n’ai pas la tête à cela. Quel en est l’utilité ? J’arpente les ruelles de la grande cité asiatique, perdue dans les méandres du questionnement. Mon regard est vide, je bouscule les passants sur mon chemin. On m’injure, je ne riposte pas. Je poursuis ma voie. J’ignore pourquoi je fais ça, je cherche quelque chose qui semble être loin. Je n’ai personne à qui me confier hormis ce sabre japonais à mon dos. Pourquoi donc ais-je une arme ? Je l’ignore.

Quoi qu’il en soit, je me décide lentement, après plusieurs jours à divaguer dans le néant, à sortir de la cité. Tout ce que j’ai vu de ce monde sont des gens qui parlent d’un monde et d’un malheur dont je n’ai point conscience ainsi que des échoppes, tavernes et autres. Qu’il y a-t-il à l’extérieur des murs de la capitale ? Ces personnages, agissant drôlement comme des automates, parlent et répètent sans cesse le mot « danger » à la sortie de la ville. La mort m’attend-t-il à l’extérieur ? Je me résous sans mal à mettre le pied à l’extérieur. Si je dois mourir, alors soit. Ce sera là de la sélection naturelle. Le destin décidera de mon avenir. Et s’il est généreux, il me mettra hors de cette souffrance face à l’inconnu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ God of Infinity ~

avatar



Masculin
Date d'inscription : 09/02/2015
Messages : 1271
Xp Dispo : 209
Points de Vie : 99999

MessageSujet: Re: Le Destin    Lun 30 Mar - 17:57


Le membre 'Saber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Rencontre Aléatoire' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sao-renaissance.forums-rpg.com

avatar



Féminin
Date d'inscription : 28/03/2015
Messages : 9
Xp Dispo : 0
Points de Vie : 100

MessageSujet: Re: Le Destin    Lun 30 Mar - 19:46


Crotale des Sables


Dgt: -25PV

Atq: 5


60 Pv

Je m’attendais à découvrir un magnifique paysage à l’extérieur de cette cité prospère. On parlait de navires naviguant sur les côtes et d’un océan s’éperdant dans l’horizon infini. Cependant, le panorama que je m’imaginais voir est tout le contraire de mes attentes. Des sentiers à perte de vue, une odeur nauséabonde et de nombreux marécages ici et là. Pour en ajouter à ce paysage dégoûtant, le soleil a cédé sa place à l’obscurité de la nuit, rendant le lieu plus effrayant. Je n’avais pas vu l’heure passée, il est désormais 19 heures. J’ai mal choisit mon moment pour sortir hors de la cité. Quoi qu’il en soit, je ne voyais rien de bien attrayant et un grand marécage bloquait mon avancée. Certes, la traverser ne représenterait pas un énorme problème. Du moins, jusqu’à un certain point. Toutefois, je n’ai pas la tête à jouer l’aventurière et là n’est le but de ma visite hors de Manchukuo. Il est donc l’heure de rebrousser chemin. Une journée supplémentaire de perdue, à ne rien faire. C’est un petit pas vers l’avant, mais si infime qu’il ne fait que me décevoir.


  • Aaaah!!


Alors que je tournais les talons, quelque chose de gluant m’agrippa les chevilles. Je n’eus le temps que de crier alors que je tombai face contre le sol et me fit traîner rapidement dans l’eau boueuse. Impossible de me retenir par quoi que ce soit, il n’y a simplement rien dans ma portée. En l’espace de deux secondes, ma tête est ensevelie sous l’eau crasse. Je croyais mourir noyer, mais la force étrangère me remonta à la surface et, d’un puissant mouvement, m’abattit sur la terre ferme. Je ne bougeai plus, traumatisée par cette expérience. Je tremblais, j’ai froid. Même si je n’avais guère mal après ce coup qui aurait coûté la vie à n’importe quel humain, je reste sous le choc de la peur. Mes perles d’or se déplacèrent lentement sur cette silhouette dansante dans la nuit, là où j’étais prisonnière il y a un instant.

Un gigantesque serpent, de couleur brun et noir. Il se hissait tel un cobra, fier d’avoir capturé une proie. Ses points de vie apparurent ainsi que son nom : le Crotale des Sables Mon regard se glissa ensuite vers ma gauge de vie. Le quart a été effacé. L’on raconte que si la gauge est totalement vidée, c’est la mort. Cette réalisation – qui n’en ai pas tellement une puisque je le sais déjà – me procura un frisson glacial qui parcouru mon échine dorsale. La mort. Plus tôt, je la souhaitais. Mais maintenant, en face du danger, un instinct me hurle de me lever de défendre ma vie.

Le monstre se prépara à attaquer de nouveau, chargeant sur moi. D’un mouvement machinal, je roule sur le côté et, rapidement, dégaine le Katana à mon dos pour trancher le côté de sa tête. Ce n’est pas du sang qui s’échappa de cette blessure, mais plutôt des polygones rouges. L’animal s’échoua plus loin, mais ne resta pas immobile longtemps. Il commença à m’encercler avec son long corps. Je ne sais pas ce que je fais. Tout m’est inconnu. Je laisse l’instinct prendre le dessus. Mes yeux sont vides de lumière. C’est la vie ou la mort.

D’un coup, la bête chargea de nouveau. L’une de ses dents me toucha le flanc gauche, mais je réussis à porter un nouveau coup sur son corps. Je suis désormais 50% plus proche de la mort, mais lui l’est bien plus que moi. Le crotale haussa son corps et tenta de porter un coup aérien, tomber sa tête directement sur moi. Tel un automate, je bondis vers l’arrière. Le monstre atterrit tel un météore sur la terre, créant ainsi un cratère. Un faible écran de poussière s’éleva, mais ce fut suffisant pour bloquer ma vue pour la suite des événements. Il chargea de nouveau, sa gueulante grande ouverte, prêt à m’engloutir dans son estomac. Nul temps d’esquiver. Je pose le pied ferme sur le sol et brandit ma lame, tenant le sabre à deux mains. Alors qu’il fut à portée d’attaque, un coup d’estoc bien placé dans sa gueule, lui transperçant son crâne virtuel. Ses crocs me transpercèrent les épaules et la nuque. Alors que mes PV baissèrent à 25%, ceux de l’animal furent complètement anéantis. Il disparut en une éclosion d’étincelles de lumière. Je restai immobile, ma respiration nulle et mon esprit vide. Non. Une idée germait. Bien que je fus transporté ici sans connaissance de quoi que ce soit, j’ai désormais une certitude.

Ceci est ma réalité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ God of Infinity ~

avatar



Masculin
Date d'inscription : 09/02/2015
Messages : 1271
Xp Dispo : 209
Points de Vie : 99999

MessageSujet: Re: Le Destin    Lun 30 Mar - 19:46


Le membre 'Saber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Drops' :


--------------------------------

#2 'Rencontre Aléatoire' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sao-renaissance.forums-rpg.com

avatar



Féminin
Date d'inscription : 28/03/2015
Messages : 9
Xp Dispo : 0
Points de Vie : 100

MessageSujet: Re: Le Destin    Jeu 2 Avr - 18:02


Nezumi de Brume-Funeste


Dgt: -40PV

Atq: 3


120 Pv

La jauge de vie se régénère tranquillement, les points augmentent un par un à un rythme plutôt lent. Pour ma part, je reste immobile, les deux pieds enfoncés dans la boue. Mes perles dorées fixent le sol brun humide. Mon esprit est vacant. Je n’arrive pas à parler. Cette sensation de danger, ce sentiment de survie. Oui, il n’y a pas de doute. Je suis bien vivante. Bien que j’ignore de mon identité, de mon existence, je suis néanmoins humaine. Peu importe pourquoi j’ai tout oublié, pourquoi je suis ici, pourquoi il y a tant de choses que je ne comprends pas et qui me semblent inconnues, je suis à présent conscient de ne pas être un élément du néant.

Un bruissement. Je fais volte-face rapidement et perçois une silhouette au loin, dans l’obscurité. Je croyais à quelqu’un qui se soit déplacé pour voir ce qui s’est passé après avoir entendu le combat que j’ai précédemment avec ce grand serpent. Toutefois, plus que la forme s’approchait, plus qu’elle présentait des traits inhumains. La tête, les bras, le tronc du corps, les jambes, même la démarche. Lorsqu’il fut finalement à distance suffisante pour le percevoir à travers le voile de la nuit, je vis finalement ce rat humanoïde, épée à la main, prêt à me tuer certainement pour ensuite se nourrir de ma carcasse si je ne disparais pas en une nuée de lumière comme le monstre de plus tôt, un phénomène inexplicable au même titre que l’absence de sang ainsi que ces points de vie au coin de mon champ de vision, ce truc représentant ma force vitale de ce que j’ai réussi à en déduire grâce au dernier échange. Un curseur rouge apparut au-dessus de lui ainsi que des mots : « Nezumi de Brume-Funeste ». 120 points de vie.

En garde, la bête pousse un rugissement de guerre. Je reste stoïque,  non impressionnée. Ma gestuelle est nonchalante, je ne prends pas l’adversaire au sérieux. Ou plutôt, je le prends si au sérieux que je ne peux m’empêcher d’être naturelle. Je renforce la prise de ma paume droite sur la fusée de mon sabre. Je chasse mes doutes, mes interrogations de mon esprit. Peu importe ce qui me fait tant questionner. Pour l’instant, tout ce qui compte est de survivre.


  • Viens.


Sur cette parole, la bête se jeta sur moi, épée brandit dans les airs, prêt à l’abattre sur moi. Cependant, alors qu’il fut à distance raisonnable, je réagis avant lui. D’un bond, je charge vers lui et lui tranche le flanc d’un mouvement furtif avant qu’il puisse réagir. La jauge verte chuta considérablement, mais pas assez. Furieux, le Nezumi tourna les talons et tenta de porter trois coups. Cependant, une action aveuglée par la colère est un mouvement facilement anticipé. D’un jeu de déplacement bien adopté, un seul pas suffit pour esquiver chacun des attaques du monstre, fendant l’air.

Il ne s’arrêta pas là. Telle une machine, il poursuivit son but, soit me tuer. Il tenta de me trancher en deux d’un coup horizontal. Je vis une opportunité. Pied ferme sur le sol, je bloque son coup à l’aide de ma lame. Heureuse devoir qu’aucun dégât ne se percute sur moi lorsque je me défends. Puis, je forçai sa lame pour tomber vers le sol avant faire un pas vers l’avant et lui trancher la cage thoracique.  Il perdit de nouveau une vingtaine de points, j’en suis satisfaite. Si la dance continue ainsi, la lutte prendra fin dans peu de temps. Cependant, mon sentiment d’invincibilité prit fin sur le coup. Le rat n’était pas sans moyen. Comme l’éclair, avant même que je puisse réagir, il me lacéra le dos.

Non, cela ne fait pas mal. Uniquement un picotement désagréable à l’endroit touché. Pourtant, ma jauge de vie démontre le contraire : en un instant, presque la moitié a disparu. Cette réalisation m’horrifia au plus haut point. Trois coups et je me volatilise à mon tour, à l’image du Crotale. Dans mon angle mort, j’entends le Nezumi bouger. Je me retourne rapidement pour lui faire face et bloquer avec difficulté les deux coups de sabre qu’il me porte.

Nos sabres s’entrechoquent et restent un moment l’un contre l’autre. J’en profite pour chasser mes craintes. Ce n’est pas le moment pour céder à la peur. Je m’abaisse subitement et lui fourche les jambes. Alors qu’il tombe telle une masse dans la boue, j’en profite pour pivoter sur moi-même pour lui écorcher l’épaule d’un mouvement gracieux. La flexibilité de mon corps et la facilité de lire les mouvements mon adversaire m’étonne moi-même. On dirait que c’est presque naturel. Le Nezumi se relève pour porter deux coups d’épée diagonales, mais je les esquives en basculant mon corps entier de chaque côté opposé.

Il est à 50%, proche de la mort. Plus que trois coups. Avant qu’il entame un nouveau mouvement, je porte un nouveau coup sur son ventre. Plus que 40 points de vie, deux coups de mon Katana. En hâte de le finir rapidement, j’attaquai de nouveau, lui tranchant cette fois-ci la cuisse, mais il riposta aussitôt, me coupant la joue. Même si c’est une blessure minime, cela ne diminue pas les dégâts reçus. La tension est élevée, je commence à perdre mon sang-froid. Je prends de la distance en bondissant vers l’arrière, atterrissant dans la mare, tout en évitant soigneusement les derniers mouvements meurtriers de la bête.

Il me poursuit toujours, voulant me tuer. Néanmoins, alors qu’il lève son bras de nouveau, mon corps bougea machinalement. Tel un vrai Samouraï, la magnifique lame du Katana fendit l’air avant de s’abattre sur la nuque du Nezumi, puis la trancha comme un saucisson. La tête du monstre virevolta dans les airs avant d’imploser en un nuage de polygones lumineux, accompagné de suite après par le reste de son corps inerte…





Le danger est existant et prédominant en ce monde. Toutefois, je vais survivre. Même si je ne me rappelle de rien, je vais suivre ma voie. Nul besoin d'une identité, uniquement le goût de vivre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ God of Infinity ~

avatar



Masculin
Date d'inscription : 09/02/2015
Messages : 1271
Xp Dispo : 209
Points de Vie : 99999

MessageSujet: Re: Le Destin    Jeu 2 Avr - 18:02


Le membre 'Saber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Drops' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sao-renaissance.forums-rpg.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Destin    


Revenir en haut Aller en bas
 

Le Destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance :: Les Terres Perdues :: Manchukuo :: Les Marécages d'Âprefange-